Resolve from Blackmagic Design


Étalonnage optR10

Published on November 15th, 2013 | by Mathieu Marano

6

Optimiser Resolve 10 pour la lecture en temps réel

DaVinci Resolve est maintenant utilisé pour l’étalonnage de toutes sortes de productions: en film, en série télé, pour les productions web et même sur les plateaux. La version Lite qui est gratuite a poussé l’adoption de la plateforme encore plus loin. Je fais présentement la plupart de mes contrats d’étalonnage pour la télévision sur cette version. Les types d’installations varient d’autant plus que le nombre de clients augmente avec la diminution des coûts d’installation. Parfois on travaille sur des stations dédiées ou sur des stations de montage transformées en salle d’étalonnage.

Ces installations ont parfois leurs limites. Quand on travaille sur un iMac ou un Macbook Pro il est possible qu’on perde notre lecture en temps réel plus souvent qu’on ne le voudrait. ça devient gênant lors des approbations ou lorsqu’on travaille sur des projets avec des délais serrés.

Heureusement, dans Resolve 10, l’équipe de Blackmagic Design nous a donné plusieurs façons d’optimiser notre logiciel pour pallier aux limites de notre station. Voici quelques trucs pour vous assurer d’avoir une session de colo toute en douceur.

Tirer profit des GPU

Certaines stations ont plusieurs cartes graphiques et Resolve est capable de toutes les utiliser pour faire des rendus en temps réel des corrections faites par le coloriste. Il est aussi coutume de dédier une carte pour les écrans de l’ordinateur. Celle-ci, jusqu’à présent, ne servait à dessiner l’interface du logiciel à l’écran. Dans Resolve 10, si vous allez dans les préférences du logiciel, vous trouverez sous l’onglet Video I/o une option appelée Use display GPU for compute. Cette option vous permet d’utiliser les cycles de la carte des écrans pour ne perdre aucun cycle de processeur pour les effets.

 La sortie vidéo

Si vous faites de l’étalonnage, vous avez surement une interface vidéo Blackmagic Design qui vous permet de voir le résultat de votre travail dans un moniteur de référence. Lors de certaines manipulations comme le tracking, la découpe de masques et l’animation de PowerWindows, il est possible de désactiver la sortie vidéo pour gagner quelques images par seconde. Pour ce faire, allez dans les préférences dans l’onglet Video I/O et choisissez NONE à l’option For Capture et Playback Use.

Paramètres du projet

On retrouve plusieurs options d’optimisation dans la fenêtre Project Settings de Resolve 10. Plusieurs vont vous permettre de garder la tête hors de l’eau lors des scènes complexes. Il faut cependant faire attention, car plusieurs options pourraient affecter la qualité de votre rendu final.

Dans l’onglet Master project settings, vous verrez l’option Enable video field processing.  Si vous travailler avec des formats entrelacés comme du 1080i59.94 vous devez activer cette option pour vous assurer de la qualité de vos rendus. Lorsqu’activée, Resolve calculera chaque champ de vos images comme des images indépendantes. Ceci a pour effets de prendre beaucoup plus de processing qu’une image progressive. Vous pouvez la laisser désactivée et ne la cocher que lorsque vous êtes prêt à faire votre rendu. Sinon, vous pouvez l’activer directement dans le panneau de Render settings de la page DELIVER.

Dans la section Video Monitoring du même onglet des Master Project settings, vous trouverez plusieurs paramètres qui vous aideront a sauver des calculs à vos GPU. Le premier est le Video Bit Depth pour lequel vous avez le choix entre 8bit et 10bit. L’option 8bit est moins gourmande sur les cycles, mais peut créer du banding dans les dégradés. Vous pouvez tout de même utiliser l’option 8bit et revenir au 10bit pour vérifier certains plans et pour faire votre rendu final.

Juste en dessous, il y a l’option “Hide UI overlays for optimized playback” qui propose de cacher votre curseur, les contours d’ajustement des PowerWindows et les Wipes lorsque vous lancez la lecture de la timeline pour que les processeurs de vos cartes graphiques ne soient dédiés qu’au calcul des effets. Ceci n’affecte en rien le rendu final de vos images.

Maintenant, par défaut, tous les players et les viewers dans lesquels on peut visionner des clips sont automatiquement recopiés à la sortie vidéo. Encore là, la sortie vidéo affecte la performance alors vous pouvez désactiver la fonction “Show all viewers on video output” pour éviter la recopie des pages MEDIA, EDIT et DELIVER.

Dans l’onglet Image Scaling, vous retrouverez aussi quelques paramètres pour gagner en performance. Dans la section Resize filter, vous trouverez l’option “Optimize for playback”. Cette fonction utilisera un algorithme moins performant lors de la lecture, mais affichera la meilleure qualité possible en pause. Vous pouvez changer cette option avant les rendus ou choisir l’option “Force sizing to the maximum quality” dans les Render Settings juste avant l’export.

Toujours dans le même onglet, vous trouverez une option très utile si vous travaillez en RAW. Le Debayer quality vous permet de choisir l’option Optimize for playback.  En activant cette fonction vous permettez à Resolve d’adapter le mode de debayer utilisé. Il fera alors un debayer plus doux lors de la lecture et un debayer avec un meilleur piqué en pause. Vous pouvez utiliser le paramètre Force debayer res to higher quality dans les Render settings pour être certain d’avoir la meilleure qualité possible au rendu.

Dans l’onglet Editing, vous avez aussi des options importantes pour améliorer les performances de votre station. Dans la section Frame Interpolation,vous trouverez un menu déroulant appelé Retime process.  Des deux options, Nearest est la moins exigeante pour les processeurs tandis que l’option Optical Flow donnera généralement de meilleurs résultats en utilisant les cartes au maximum. Vous pouvez utiliser Nearest pendant le processus d’étalonnage et revenir à Optical Flow pour les rendus finaux. Vous pouvez aussi changer ce paramètre pour chaque clip dans le panneau Inspector de la page EDIT.

Sous cette option, il y a deux choix pour le Motion estimation mode qui détermine le mode de calcul de l’Optical Flow. Better sera pour la qualité et Faster pour la vitesse en lecture. L’option Motion range affecte aussi la performance. Plus l’échantillonnage est grand, plus les processeurs auront à travailler. Il est donc recommandé de commencer avec le plus bas.

Dans l’onglet des General Options, vous pourrez activer l’option “Don’t update interface icons during playback” pour faire exactement ce qu’elle annonce. Comme l’option Hide UI overlays for optimized playback, celle-ci cachera les curseurs de l’interface lors de la lecture.

RAW

La plupart des formats RAW vous permettent de travailler dans une résolution plus basse que la résolution dans laquelle les images ont été tournées. Si vous allez à l’onglet Camera Raw de la fenêtre de Project Settings vous verrez que les formats RED, Cinema DNG, Sony Raw et Arri Raw ont tous un paramètre appelé Decode Quality qui vous permet de jouer sur la qualité de l’échantillonnage à la lecture. Ceci vous permet de ne décoder qu’une partie (la moitié ou le quart) de l’image originale pour gagner de la vitesse. Cette option affecte bien sûr la résolution, mais reste très utile lorsqu’on doit sortir des copies de visionnement ou pour visionner rapidement les rushes de la journée.

Par ailleurs, si malgré tout, votre système à de la difficulté à lire les fichiers RAW, il est suggéré de faire une première sortie “flat” dans un bon codec comme le ProRes et faire l’étalonnage à partir de ces fichiers.

Fermer les scopes

Si vous utilisez les scopes de Resolve, il est suggéré de les fermer lors de visionnements importants. Cette fenêtre utilise de précieux cycles de processeurs qui pourraient servir lors de la lecture. Il est conseillé d’utiliser des scopes externes comme Scopebox, Ultrascope ou ceux de votre moniteur de référence.

Utiliser les proxies

Si vous utilisez des séquences d’images DPX comme sources il est possible que vos disques aient de la difficulté à fournir la bande passante adéquate pour une lecture fluide. Si vous le désirez, Resolve peut créer des versions en basse résolution de vos clips pour améliorer les performances. Ces fichiers sont appelés proxy.

Par défaut Resolve fait des proxies au quart de la résolution de votre projet. Un projet 1080p de 1920×1080 aurait des proxies de 960×540. Vous pouvez changer la résolution des proxies au bas de l’onglet Image scaling de la fenêtre de Project settings.

Pour activer la création et l’utilisation des proxies vous pouvez sélectionner l’option “Use real time proxies” dans cette même fenêtre ou utiliser le raccourci clavier COMMAND+P pour Proxy on the fly.

Rendu et Cache

Si, malgré tous ces efforts d’optimisation, vous n’avez toujours pas de temps réel, vous pouvez utiliser la Cache. C’est, comme dans la plupart des logiciels de montage, un rendu des médias fait sur le disque. Lorsqu’activé, Resolve va créer une séquence DPX pour chaque clip sur lequel on a fait des modifications. Une fois complétés, ces rendus vont être utilisés lors de la lecture. Ceci n’affecte en rien la possibilité de modifier vos clips. De nouveaux clips de cache seront faits à partir des images originales à chaque fois que vous ferez une modification. Vous devez par contre avoir un disque qui peut jouer ces séquences DPX en temps réel.

Vous pouvez choisir de n’envoyer que les transitions, les clips sélectionnés ou toute la timeline dans la cache. Ces options se retrouvent dans le menu Playback au haut de l’application sous l’option Render cache. Pour ajouter un clip manuellement vous faites un clic-droit sur le clip dans la timeline et choisissez Mark clip for render cache. Deux petites flèches apparaitront alors et un pourcentage vous indiquera où en est le processus d’écriture sur disque.

Cette méthode est très utile pour libérer les processeurs lents et pour s’assurer une lecture fluide lors d’approbations importante. Vous ne voudriez pas que le système se mette à sauter des images lors du visionnement d’équipe.

Conclusion

DaVinci Resolve est un logiciel qui peut très bien s’ajuster à toutes les situations. Il peut rouler autant sur un Macbook Pro qu’une station Linux modulaire. Dans chacun des cas, la version 10 de Resolve vous permet de tirer le maximum de votre matériel. Vous pouvez maintenant l’utiliser sur les plateaux et dans les théâtres d’étalonnages dédiés à cet effet sans ne jamais avoir à sauter une image.

Vous trouverez une version anglais sur mon site: ilovehue.net


About the Author

Administrateur du Front Créatif de Montréal dans mes temps libres. Sinon je travaille comme coloriste, directeur technique et monteur à la pige. Mon démo est au www.ilovehue.net



6 Responses to Optimiser Resolve 10 pour la lecture en temps réel

  1. Pingback: Optimizing playback in Resolve 10 | ilovehue - Mathieu Marano's personnal website

  2. Pingback: Optimiser les performances de Resolve 10 | Formation DaVinci

  3. Pingback: POST-PROD | Pearltrees

  4. NIcolas Rea says:

    Merci beaucoup pour cette mine d’information!

  5. Laureline Baron says:

    Bonsoir,

    Tout d’abord merci beaucoup pour toutes ces informations. Pensez vous qu’il est possible d’utiliser la version 11 de Davinci lite sur un mac book pro 13 pouces acheté en 2012 avec 8go de ram et une carte mémoire Intel HD Graphics 4000 ?

  6. Mathieu Marano says:

    Non, ce n’est pas plausible. Il faut une carte AMD ou NVIDIA

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Back to Top ↑

Optimization WordPress Plugins & Solutions by W3 EDGE